Une association, et après ?

mercredi 8 décembre 2010

Rome ne s’est pas construite en un jour, c’est pareil pour le RHIEN. Les briques de la nouvelle structure se mettent en place petit à petit et je vais détailler avec mes petits camarades tout ce qu’on fait pour faire avancer le schmilblik dans les actualités qui viennent.

Où en est-on aujourd’hui ? Concrètement, les documents administratifs sont établis et enregistrés, le bureau est constitué et les idées fusent et se réalisent petit à petit. L’association n’est pas encore prête à recevoir des adhésions. Nous allons pour cela avoir besoin d’une plateforme technique (pour gérer le merdier) et de quelques trucs administratifs comme un compte en banque. La période qui approche, celle des fêtes, n’est pas trop propice à une action rapide. Du coup, le choix qu’on a fait est celui de prendre notre temps pour faire ce qu’on a à faire le mieux possible.

Avant de lancer les procédures de création de l’association, on a réfléchi à comment on pourrait organiser la suite, ce qui changerait. Les changements sont surtout formels en fait. Le statut d’organisation est une voie pour apporter un peu de facilité de gestion avec une organisation claire et quelques petites pièces pour faire un peu de communication et développer des services pour l’association et ses membres. À ce titre, il y a plusieurs idées dans les tuyaux qui sont en cours d’élaboration pour certaines et de réalisation pour d’autres. Je reviendrai dessus dans d’autres billets.

Ce que je veux vous présenter aujourd’hui c’est comment ça va se passer pour les hébergeurs dans un futur proche. Tout d’abord, quand l’association sera pleinement opérationnelle (compte en banque, formulaire d’adhésion et outil de gestion des adhérents et des cotisations notamment), la liste des hébergeurs sera remise à plat. On va recontacter tous les hébergeurs actifs et présents dans la liste actuellement pour leur demander s’ils sont toujours intéressés.

Ensuite, la procédure ressemblera à ça :

  1. remplissage du formulaire d’adhésion contenant les infos du service que l’hébergeur propose
  2. adhésion du membre + enregistrement de la cotisation s’il y a lieu (je rappelle qu’il a été décidé que le paiement d’une cotisation ne doit pas être obligatoire à l’obtention du statut d’hébergeur)
  3. discussion d’une semaine maximum sur la liste de diffusion du Conseil d’Administration suivie d’un vote pour l’acceptation du nouvel hébergeur
  4. validation du statut d’hébergeur et inscription dans les différents outils du RHIEN (listes de diffusions et autres petits trucs sympa dont on parlera plus tard) + apparition dans la liste des hébergeurs membres du site

Je rappelle également que le CA, qui va valider les hébergeurs, est constitué des hébergeurs membres qui ont exprimé le souhait d’en faire partie mais également de membres non hébergeurs qui souhaiteraient s’investir dans l’association.

Quand je parle d’outils et de services que le RHIEN souhaite apporter, ça s’inscrit dans l’idée qu’on s’est fait de l’adhésion : un hébergeur qui adhère au RHIEN doit y trouver une valeur ajoutée, un intérêt. Le RHIEN va donc lui proposer des services, de l’entraide, ou encore de l’information (juridique par exemple). On établit comme ça un lien de confiance et de partage (de compétences, d’outils, de réflexions et de convivialité) entre le RHIEN et l’hébergeur qui s’inscrit au sein d’une communauté.

Voilà comment l’on envisage le futur du RHIEN et ce que peux apporter l’association à ses membres. D’autres infos viendront pour détailler nos projets plus particulièrement et en détail. Dans l’intervalle, nous attendons vos commentaires, remarques ou suggestions sur le développement du Réseau.

Librement,

Léopold Baillard, Président du RHIEN

Commentaires (0)

Retour aux nouvelles

 

RHIEN | CC-BY-SA | Flux rss RSS 2.0 | SPIP